La naissance par césarienne
Grossesse

La césarienne

26 mars 2018

La césarienne est un acte chirurgical qui fait peur à beaucoup de futures mamans.
Elle peut parfois leur donner une sensation d’échec de leur accouchement, de déception ou de culpabilité dans la mesure où elles n’ont pas eu l’impression d’être actrice, d’avoir mis au monde leurs bébés « de la meilleure manière » qui soit. Je peux comprendre les mères qui pensent cela mais je ne partage pas leur point de vue. Pour moi, si j’ai eu une césarienne, c’est que c’était comme ça que ça devait se passer, on ne peut pas tout contrôler. Et l’essentiel est que tout le monde aille bien et soit en bonne santé ! Je vois ma cicatrice de césarienne non pas comme un symbole d’échec mais plutôt comme « un petit sourire » d’où j’ai donné la vie et fais la meilleure rencontre de ma vie.
Voici quelques explications dans le cas où vous serez confrontées à cet acte relativement fréquent.

La césarienne peut être programmée ou en urgence (ce qui a été mon cas, si vous voulez (re)lire l’article où je parle de mon accouchement). Un bébé sur cinq en France naît par césarienne.

Je ne m’attendais pas du tout à ce que mon fils vienne au monde de cette façon. J’avais peur d’accoucher naturellement car dans ma tête c’était un synonyme de douleur mais je n’ai pas franchement été jusqu’à réfléchir au fait que bébé naîtrait de cette manière.
Bon, je disais tout de même parfois pour rigoler : « je veux accoucher par césarienne, certains pays l’autorisent, pourquoi pas la France ?! » Mais sans y croire vraiment.

Parfois, l’accouchement ne se passe pas comme prévu.
Dans mon cas, mon fils avait positionné son bras levé près de sa tête, ce qui apparemment bloquait son passage.
Après environ 9 heures de travail et 3/4 d’heure de poussées sans succès, le sage-femme m’accouchant m’a dit qu’elle allait chercher les ventouses pour l’aider un peu. De ce que je m’en souviens (les choses vont vite et sont parfois un peu floues), elle est arrivée non seulement avec une machine bizarre mais avec un homme qui m’examinera.
Cet homme s’avérera être le chirurgien. Sans détour, il dit à ses collègues : « césarienne en urgence ». Puis il me prit à part, insistant bien sur le fait que je faisais les choses correctement mais que j’étais épuisée et que cela faisait trop longtemps que mon bébé ne progressait pas et qu’il fallait le faire sortir rapidement. Il quitta la pièce afin de se préparer et on m’emmena dans le bloc opératoire pour me préparer moi aussi.

Tout d’abord, j’ai été placée les bras en croix. L’anesthésiste près de moi engageait la conversation de manière à dédramatiser la situation et me faire penser à autre chose (comment ça s’appellera le bébé, comment j’avais aménagé sa chambre etc.).
Un drap cachait la partie inférieure de mon corps, je ne peux donc pas dire que j’ai vu grand chose…
Quelques minutes après, mon Homme m’a rejoint, vêtu d’une belle blouse et charlotte ! 😀
J’ai eu la chance d’accoucher dans un établissement où mon compagnon a pu me rejoindre. Il y a beaucoup d’établissements qui n’autorisent pas ça, nous en sommes très reconnaissants car il a ainsi lui aussi pu vivre les premiers instants de notre bébé. Si vous ne voulez pas être seule en cas de césarienne, renseignez-vous auprès de l’établissement que vous avez choisi, vous saurez ainsi avant si Papa pourra être là ou non.

Bébé né par césarienne

Une fois tout le monde prêt et à son poste (il y avait au moins 6 personnes s’affairant autour de moi), une incision d’environ 10 centimètres a été faite dans le bas du ventre, juste au-dessus du pubis. Les tissus sont écartés (parfois incisés mais grâce aux nouvelles techniques, cela devient de plus en plus rare), le péritoine puis l’utérus sont ouverts, on sort le placenta ainsi que le bébé qui voulait rester au chaud !
L’opération dure plus ou moins une demie-heure.
On vous présente brièvement votre bébé, vous lui faites un petit bisou et il est emmené pour être examiné. Le nouveau papa le suit.

Ensuite, on s’occupe de vous et on vous recoud. Ayant fait son travail, le chirurgien quitte le bloc et prend le temps de me féliciter et insiste à nouveau sur le fait que la césarienne n’était pas de ma faute, que des fois on ne maîtrise pas les choses etc. Les chirurgiens doivent être formés sur le fait que certaines femmes se sentent exclues de leur accouchement en cas de césarienne et celui-ci a parfaitement fait son travail.

Au bout d’un moment (je ne saurais dire combien de temps), on m’emmena dans une pièce où se trouvait mon compagnon et mon bébé. Celui-ci était en train de pratiquer le peau à peau et de profiter des premiers moments de bonheur d’être parents !

Au niveau de la douleur, je vous rassure de suite, je n’ai absolument rien senti. Entre la péridurale et sans doute d’autres anesthésiants que j’ai reçu en vue de l’opération, j’ai juste eu la sensation d’être tiraillée d’un côté puis d’un autre, certainement au moment où on sortait A. de mon ventre.
C’est après que les douleurs se sont réveillées. N’oubliez pas que la césarienne étant une opération chirurgicale, il faut bien que la plaie cicatrise ! Mais je vous rassure, j’ai trouvé la douleur tout à fait surmontable.

Bébé né après une césarienne

On dit qu’il y a quelques petites différences entre un enfant né par césarienne et un enfant né par voie vaginale : tout d’abord, il peut y avoir pour l’enfant né par césarienne des troubles de résorption du liquide amniotique car lorsque le bébé naît par les voies naturelles, il est comme essoré par le passage dans le bassin ce qui n’est pas le cas de l’enfant né par césarienne.
L’enfant né par voie vaginale est en contact avec la flore de sa mère. Il va ainsi fabriquer son futur microbiote intestinal d’une meilleure façon que l’enfant sorti du ventre de sa mère. Ça, on m’en a beaucoup parlé quand nous avons été confrontés aux coliques d’A. Ce sera peut-être l’objet d’un futur article !

Le problème aussi lorsque l’on a vécu une césarienne est qu’on doit attendre au moins un an avant de faire un autre enfant. C’est en tout cas ce qui est préconisé car il faut que la cicatrice de l’utérus soit bien solide afin d’accueillir un nouvel habitant !
Sachez tout de même que celles qui ont subi une césarienne n’auront pas forcément un autre enfant né par césarienne ! Il n’y a pas de loi.

J’espère que ce petit article vous a un peu rassurée sur cet acte chirurgical pas facile à vivre pour certaines ! 🙂 La suite n’est pas forcément une promenade de santé, il va falloir que le corps se remette et cicatrise. Je vous ferai un article sur les suites de ma césarienne prochainement.

Et vous, avez-vous connu la césarienne ? Comment l’avez-vous vécue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *